Le mythe de Sisyphe ou comment apprendre du chaos.

October 22, 2015

 

Avez-vous déjà perdu quelque chose qui vous à totalement changé? Quelque chose qui a effacé vos attentes, écrasé vos buts, ou miné votre existence ? Avez-vous déjà fuit tout ce qui avait un sens jusqu’à vous retrouver seul à regarder le vide ?

Cette expérience troublante bien que commune est en fait une bénédiction déguisée, que peu de gens reconnaissent comme telle. Parce que c'est seulement lorsque l'on se confronte à la confusion et à la nécessité de la transition que l'on peut y voir plus clair. 

 

La vie est complexe. Dans le monde d'aujourd'hui, on a parfois tellement de choix que l'on peut en être paralysés.  Ce n'est donc pas une surprise si beaucoup de gens se trouve dans un besoin de renouveau ou une sérieuse auto-évaluation. Mais ce n'est PAS un moment d'échec. C'est un saut dans l'inconnu. 

Le philosophe Albert Camus, utilisait le mythe de Sisyphe comme une métaphore pour la condition humaine.

Vous savez Sisyphe ce type de la mythologie Grecque qui à été condamné a pousser pour l'éternité un rocher en haut d'une montagne pour ensuite le voir redescendre ? 

Oui, ce pauvre gars.

 

Camus se réfère a Sisyphe comme la quintessence du "héros absurde" ou une personne qui ressent, espère, et tente, en dépit de sa mortalité indéniable. (Ca semble familier?) 

Beaucoup de personne pense à ce "héros" bien plus comme un perdant.

Asservi a une tache vaine et vivant une vie dénuée de sens. 

Je ne suis pas d'accord.

Parce que s'il s'y prend correctement, le héro à la possibilité de se changer d'abord pour ensuite changer le monde. Il n'a pas à être inutile ou désespéré. Au contraire il peut grandir, apprendre et prospérer. 

 

Le thème récurrent de l'héroïsme est l'acceptation radicale. Le héro comprend qu'il est plus qu'un point dans l'existence sans signification particulière. Il l'accepte sans suivre le chemin plus facile du déni et surtout il n'abandonne pas après avoir pris connaissance de sa voie.

Il ne s'abandonne pas à une vie "par défaut". Il fait le choix de rester lui-même et accepte toutes les difficultés qui viennent avec. 

 

“Le seul problème philosophique sérieux est le suicide.” -Albert Camus 

 

Ça semble morbide? Pourtant ça ne l'est pas. Ce que cela signifie est que lorsque nous sommes confrontés a des évènements qui changent une vie, des questions ou le désespoir, c'est en fait à ce moment que nous choisissons réellement la vie. 

Ou plus précisément, quel genre de vie nous voulons et pourquoi. Alors vous pouvez vous demander "Qu'Est-ce que ces métaphores ont réellement à voir avec moi ?" Et bien, elles peuvent servir comme une inspiration pour la façon dont nous gérons les transitions et les difficultés .

 

Appeler un héro ce fou,npousseur-de-cailloux de Sisyphe, brise toutes les notions habituelles que nous avons du héro. Il n'est pas glamour, il n'est pas parfait, il ne fait rien de remarquable au premier abord, et il ne sauve clairement personne. Alors pourquoi donc devrions nous le voir (ou plutôt se voir) comme un héro ? 

 

C'est un "héro absurde" parce qu'il travaille sans arrêt. Il a des espoirs, des douleurs, et des doutes, mais il continue quand même, malgré l'oubli qui le regarde en face chaque jour. (ça semble encore familier ?) Ce concept du héro est bien plus réaliste que Superman ou Wonderwoman. Les gens ne sont pas spécialement désireux  d'obtenir le statut de héro. C'est trop difficile. 

 

Alors à quel moment une personne deviens un "héro absurde"?

Ça peut être après un divorce, des années d'études déroutantes, ou la perte d'un emploi.

Alors que ce sont en général des expériences malheureuses, elles ont en commun une chose: elles vous forcent à vous réévaluer, à revoir vos buts, et vos plans d'actions. Elles vous forcent à faire face à des questions majeures que la plupart des gens évitent soigneusement.

Ca peut ressembler à un saut du plus haut plongeoir olympique. Mais ce n'est pas sur la hauteur du plongeoir qu'il faut vous concentrer. C'est sur le saut en lui-même.  

 

Quand à l'intérieur de vous, au plus profond, tout est remis en question, vous trouvez les réponses. 

 

 

Je vous parle de moments de totale lucidité. C'est quand Sisyphe (autrement dit vous) est en haut de la montagne. Regardant navré ce gros caillou stupide redescendre tout le long du chemin qu'il a si durement remonté.
Se sentir déprimé et sans espoir, est souvent inévitable, mais contrairement à ce que la société nous dit, il n'y a aucune raison de se sentir honteux de ces sentiments négatifs. Ce sont les catalyseurs qui nous font sentir vivant, et nous donnent le choix. Vous pensiez que votre rocher (mariage, entreprise, amitié ou peu importe) signifiait quelque chose. Et ce n'est plus le cas. Mais peut être que ça ne l'a jamais été.  Et vous en êtes stupéfait. 

 

C'est ici que ça devient intéressant. 

 

Personne ne veut faire face aux choses déplaisantes comme l'incertitude, se sentir misérable, ou recommencer à zéro. Pourtant ce sont ces choses qui amènent la clarté parce qu'elles vous force à la trouver.

Certains d'entre nous peuvent se rappeler les transitions de leur vie à la date exacte ou cela s'est passé, tandis que pour d'autres c'est une continuité dans le temps somme toute assez floue. Ce moment peut être déroutant, atroce ou simplement désagréable, vous pouvez y passer juste un moment, ou y rester des années. Mais le point central c'est que cela mène à un choix. Une fois que vous êtes conscient de la transition, vous devez faire un choix. Même si ce choix est de ne rien faire.  

En d'autres termes, vous devez choisir votre propre rocher, cet énorme rocher que vous devrez pousser en haut de cette colline éternellement géante. Ça peut sembler de la torture, mais ça ne le sera pas. Une fois que vous avez trouvé la chose juste, vous aurez toujours l'énergie.  

 

“La lutte elle-même vers les sommets suffit à remplir le cœur d' un homme.” -Albert Camus 

 

Mais comment trouver une raison de vivre quand toutes les plus évidentes sont épuisées, n'ont pas fonctionnées, ou n'ont pas tenues leurs promesses ? Revenez aux basiques. Pensez aux choses qui ne vous lassent jamais. Les choses qui vous apportent toujours de l'inspiration, de la joie, et les choses avec lesquelles vous vous voyez aider les autres.

Voila votre rocher.

Pensez aux choses dans lesquelles vous êtes naturellement bons, ou ce que vous vouliez faire quand vous seriez grand. Ce sont les indicateurs qui vous disent que vous êtes dans la bonne direction. 

 

 

Traduit de l'anglais par Aditi-Shakti

Article original par Brianna  http://exist-better.com/2014/04/12/life-transitions-and-personal-revolutions/

Please reload

Featured Posts

Le bien-être du corps passe par l'assiette.

May 12, 2018

1/9
Please reload

Recent Posts

October 30, 2017

January 1, 2016